Hubert Lenoir

Samedi, 10 novembre, 2018 - 20:00
Hubert Lenoir
avec Anatole
20$ prévente / 25$ régulier

Hubert Lenoir, 23 ans, est un jeune garçon, auteur-compositeur-interprète rempli de bonnes intentions. Il a grandi à Beauport, en banlieue de la ville de Québec. Jeune, Hubert s’initie rapidement à la culture de masse par Vrak TV et les jeux vidéo. Lorsqu’il n’est pas scotché devant le petit écran, il vole les bijoux de sa mère et les porte en cachette. Au secondaire, ses confrères le décrivent comme «étrange» et «fif», lui s’entend comme une âme perdue. Un jour, il fait la connaissance de deux autres amis «étranges» et «fifs». Ensemble, ils découvrent Donovan, Brian Eno, Elton John et s’encouragent à porter des vêtements de femme pour aller en cours. Des mélodies commencent à se faufiler dans sa tête. Rapidement, Hubert Lenoir abandonne l’école et cumule plusieurs emplois dont un poste d’ouvrier à la chaîne de montage dans une usine de fenêtres pour immeubles commerciaux. Il commence à chanter dans la rue comme amuseur public. C’est à 17 ans qu’il forme avec son frère The Seasons. En 2014, la formation fait paraître son premier album Pulp à l’origine d’une reconnaissance critique et d’un accueil enthousiaste du public. S’en suit une tournée qui dure plus de deux ans et qui les fera voyager un peu partout dans le monde, de Berlin à Los Angeles. Malgré le succès du groupe, Hubert continue à chanter dans les rues où il offre des performances explosives. Au retour d’une longue tournée, Hubert Lenoir vit une année de tumultes, d’insomnie, de fast-food et de blockbusters lors de laquelle s’écrit et s’enregistre Darlène, un album concept qui est accompagné d’un roman du même nom écrit par Noémie D. Leclerc, sa meilleure amie et son amie de cœur. Entièrement réalisé à Québec, cet opus marie les influences de R&B, de glam rock, de prog, de rock psychédélique, de jazz et fait de Darlène une œuvre pop, éclectique, imprévisible et audacieuse, s’inscrivant comme un opéra post-moderne sur le «coming of age» d’une génération.


ANATOLE
Entre la fougue du coup de hanche, le susurrement d'une poésie languide et l'obscénité du plaisir embrassé sans morale et sans tempérance, Anatole s'approprie la scène comme d'autres s'approprient un lit. Seule différence: c'est toute l'humanité qu'il convie à ces ensorcelantes bacchanales, en déployant à chaque instant l'énergie d'un hôte incapable de tolérer l'idée que la fête prenne un jour fin. Comme tous les authentiques jouisseurs de cette planète, Anatole sait qu'il n'existe pas de plus efficace moyen, pour parvenir à l'âme de quelqu'un, que de se faufiler par son corps. Autrement dit: Anatole, c'est une présence scénique qui fera exploser le cerveau de ces prétendues rockstars pour qui fixer ses chaussures constitue un spectacle digne de ce nom. Anatole est le duc de nos grisantes nuits sans matin
 

pour suivre cet.te artiste
Votre panier est vide.