Les Deuxluxes

Vendredi, 22 septembre, 2017 - 21:00
Les Deuxluxes
Springtime Devil
15$ prévente / 18$ régulier

Provenant de Montréal, Les Deuxluxes sont armés de voix puissantes, d’une section rythmique minimaliste, mais efficace, et de deux guitares déchaînées. Le duo a de l’attitude à revendre et les nerfs solides et, avec un soupçon de paillettes et de sueur, en arrive à son propre mélange enflammé de rock’n’roll.

Anna Frances Meyer (voix, guitare) et Étienne Barry (batterie, guitare et voix, simultanément) ont fait paraître Traitement Deuxluxe, un mini-album de six chansons salué par la critique, en mai 2014. Mickaël Bergeron (Voir) a écrit que leur rock’n’roll est foutrement efficace, alors que Mélissa Pelletier (Huffington Post) a encensé la voix immense, presque d’or d’Anna Frances et le talent grand et naturel du multi-instrumentiste Étienne. Depuis, ils ont volé la vedette lors de plusieurs événements de grande envergure au Québec, incluant le Festival International de Jazz de Montréal, le Festival d’été de Québec, POP Montréal et M pour Montréal, en plus d’avoir assuré la première partie de Lisa LeBlanc, Marjo et Jon Spencer (Heavy Trash).

Unique en son genre, le duo se donne pour mission de livrer un spectacle apocalyptique, et de mettre le feu dans le bar (Alexandre Turcotte) en l’espace de quelques secondes. Récipiendaires du prix de Télé-Québec pour son spectacle au FME (Rouyn-Noranda) et nommés dans les catégories Révélation de l’année et Album rock de l’année au GAMIQ 2014, Les Deuxluxes en décoinceront plus d’un avec ses performances à la fois sensuelles et effrénées.

En septembre 2016, ils ont faire paraître leur premier long jeu Springtime Devil, chaleureusement salué par la critique. C’est glorieusement rugueux, totalement rentre-dedans, toutes références assumées, [...]. Non, ça ne réinvente pas le rock’n’roll : mieux, ça le ravive, le ravigote, l’investit de désir neuf. (Sylvain Cormier, Le Devoir)

-+
15% de réduction
à l'achat de 85$ et plus
pour suivre cet.te artiste

C’est glorieusement rugueux, totalement rentre-dedans, toutes références assumées, [...]. Non, ça ne réinvente pas le rock’n’roll : mieux, ça le ravive, le ravigote, l’investit de désir neuf.

Sylvain Cormier, Le Devoir


Musicalement, Springtime Devil est à la ­hauteur des (nombreux) concerts du combo: suintant et contagieux.

André Péloquin, Journal de Montréal


La voix envoûtante de Meyer, les guitares assurées, la batterie marquant le pas avec retenue, tout est mis en œuvre pour nous guider à travers cette – trop courte! – épopée sur les terrains accidentés du rock.

Julie Ledoux, VOIR


Due to this juxtaposition of new and old, Les Deuxluxes, much like Springtime Devil, is a treasure which defies time to be one of the most innovative releases I have heard in quite some time.

Gerrod Harris, Canadian Beats


The band radiates simple, delirious fun, relying on meaty guitar hooks and no-frills drums (kick and snare played by Barry's two feet) to rock the room.

Matt Williams, Exclaim!

Votre panier est vide.