Paupière

Vendredi, 26 janvier, 2018 - 21:00
Paupière
À jamais privé de réponses
12$ prévente / 15$ régulier

Dans « Paupière », il y a « peau » et « pierre », soit l’organique et le minéral, la sensibilité et la dureté.C’est cette singulière alliance que Pierre-Luc Begin (Polipe, We are Wolves), Julia Daigle (issue des arts visuels) et Eliane Préfontaine (comédienne et compositrice) développent sur ce premier long jeu.

Trio de vingtenaires à la poésie crue qui s’épanouit musicalement quelque part entre le son de la Montréal contemporaine et ses vapeurs psychédéliques, et celui, synthétique, de la France des années 1980, Paupière rêve les yeux grands ouverts d’une pop à la fois naïve et profonde, légère et puissante.

Car dans « Paupière », il y a aussi le mot « pop ». Leurs chansons sont remplies de ces ritournelles acidulées qui tournent et s’ancrent dans les mémoires, une écriture à fleur de peau qui se met au service de la mélodie. Chantées en français à trois voix, ces douze chansons de pop synthétique contiennent ce même genre de coupures d’un mot en plusieurs parties, multipliant les possibilités d’interprétation. Paupière est un triangle glamour et flamboyant à la sensualité souterraine ce qui sur scène les rapproche d’autres montréalais mariant ambiguïté du genre et dance-music, comme Bernardino Femminielli ou Peter Peter.

Mêlant synth-pop anglaise et chanson francophone, Paupière est aussi un groupe « néo romantique » et si on entend des échos de Human League, Deux ou Depeche Mode, les trois voix entrelacées chantent moins le romantisme adolescent et hédoniste des 80’s qu’un certain désenchantement contemporain. Paupière, c’est l’alliage de l’ultra romantisme et du désespoir, magnifiés dans une danse hypnotique.

-+
15% de réduction
à l'achat de 85$ et plus
pour suivre cet.te artiste
Votre panier est vide.